choc toxique : tampons hygiènique et le syndrome de choc toxique

Choc toxique et tampon

Choc toxique et tampon

Maëlle jolie jeune fille de 17 ans a perdu la vie en janvier dernier à cause du port du tampon. Laurence sa maman raconte qu’avant sa mort la jeune femme était en pleine forme. Elle n’avait jusqu’alors jamais fait de réaction au tampon pour femme.

Ce choc toxique du au tampon est arrivé soudainement sans antécédent. En pleine forme la journée, les symptômes du choc toxique ne sont apparus que le soir. Moment ou elle a commencé à greloter et à avoir froid. 

Elle est allée se coucher et dans la nuit vers 2 heures du matin elle a commencé à vomir. La voyant très mal en point sa maman a alors appelé le médecin traitant vers 4 heures du matin.

Après l’avoir auscultée, le médecin a conclut à une grippe intestinale banale. 

La nuit suivante elle voulait se lever mais elle ne voyait plus rien, elle présentait des difficultés à respirer et sa tension était très basse.

Sa maman a alors appelé une ambulance. Les ambulanciers ont à leur trouve pas été inquiétés par l’état de la jeune fille. Ils l’ont donc conduite à l’hôpital le plus proche du domicile familial. 

Le médecin présent à l’hôpital conclut lui aussi à une grippe gastro intestinale avec cette fois une forte déshydratation en sus.

Maëlle est de plus en plus faible elle a alors été conduite dans un autre hôpital plus grand cette fois. 

Le médecin de cet hôpital a lui même déja eu plusieurs cas de choc toxique et reconnait les symptômes. Le médecin annonce alors à la famille 2 heures après l’admission que le cas est grave. 

La jeune fille connait que trop bien ce syndrome puisqu’elle s’était beaucoup renseignée sur ce sujet par le biais d’articles et de vidéos.

Elle avait de ce fait adopté une très bonne hygiène. Son décès est malheureusement arrivé très vite sans que ses parents n’aient eu le temps de lui dire aurevoir. 

Qu’est ce qui provoque le choc toxique?

Le syndrome du choc toxique est très rare. Il touche seulement 0,5% de femmes portant le tampon hygiénique ou le cup dit encore coupe menstruelle.

C’est une infection bactérienne causée par la bactérie Staphylococcus aureus plus connu sous le nom de staphylocoque doré. Bactérique déjà présente dans le vagin de certaines femmes.

La présence de cette bactérie combinée à une mauvaise utilisation des tampons périodiques pendant les règles peut favoriser la survenue du syndrome de choc toxique. Cette bactérie se propage rapidement à tous les organes. 

En France 8 femmes sur 10 porteraient des tampons pendant leurs règles. Celui-ci leur permettent de continuer à avoir des activités physiques même aquatiques tout au long de l’année et sent il faut le reconnaitre moins mauvais qu’une serviette hygiénique. 

Très peu de données statistiques sont disponibles sur le syndrome sct mais le nombre de cas serait en France d’environ 100 par an. Chiffres à prendre avec des pincettes

Quels sont symptômes du choc toxique?

Les principaux signes sont : 

  1. des troubles digestifs accompagnés d’une forte fièvre 
  2. une éruption cutanée anormale
  3. une chute importante de la pression artérielle

dans les pires cas des défaillances sur plusieurs organes pouvant aller jusqu’au décès

Il est conseillé de ne pas garder un tampon plus de 4 heures. Au delà de 6 heures de port les risques de choc toxique doublent.

Au delà de 8 heures c’est à dire quand le tampon est gardé pour dormir ce risque est multiplié par 3. 

Comment éviter le syndrome du choc toxique?

Les recommandations et conseils de l’INSERM pour éviter le choc toxique :

Bien lire la notice d’utilisation sur ou dans les boites de tampons

Bien se laver les mains avant et après chaque manipulation

Ne jamais excéder plus de 6 heures d’usage

Comment soigner le syndrome du choc toxique?

Bien sur ne pas hésiter à vous rapprocher d’un professionnel de santé en cas de besoin. dans le cas de Maëlle beaucoup de médecins reconnaissant que bien qu’ils aient déjà entendu parler du choc toxique il est difficile dans un contexte donné de poser ce diagnostic et d’y penser. Or cette maladie nécessite d’être traitée dès les premiers signes.

Il est donc important de prendre les mesures nécessaires d’hygiène et surtout d’en parler autour de vous afin de sensibiliser un maximum de femme à cette maladie.   

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

EN HAUT